Espace intertextualité

“Regarde Ailleurs!”

LUX AD ALIA


Vous pensiez avoir tout vu, détrompez-vous ce n'était qu'un début  ! Nous publions ponctuellement certaines photos ici, dans l’espace « Intertextualité » du site. Chaque publication est mise en correspondance avec une œuvre  plus « classique » tirée de n’importe quels arts et de n'importe quelle époque. Cette animation a pour but de mettre en valeur les artistes et d’articuler le dialogue entre la culture populaire et modernes en montrant que les thèmes « d’Ailleurs et d’Altérité » parcourent indifféremment toutes les expressions artistiques.

A vous de jouer !

« L’intertextualité » est aussi un des moyens d’expression du public et des photographes. Vous êtes tous invités à enrichir le sens des photos de l’exposition LUXAA par une mise en correspondance avec vos œuvres préférées sur la page Facebook

Facebook :https://www.facebook.com/luxadalia/
https://www.facebook.com/luxadalia/

 
On vous laisse nous en mettre plein la vue. Publiez vos vidéos, vos musiques vos photos ou vos oeuvres préférées, y compris les vôtres. Ou bien postez tout simplement un petit commentaire sur les photos de la galerie virtuelle de la page Facebook. L’objectif est de tisser une gigantesque toile « intertextuelle » où toutes les photos seront mises en correspondance soit par opposition, soit par analogie, avec des œuvres plus classiques ou même totalement inconnues. Ce jeu est ouvert à tous de manière permanente dès que nous publierons les premières photos de l’exposition.
 

Le "Regard d'Ailleurs"  du public

Cyrielle De la Houssaye et Marie Laure Vareilles

Cyrielle De la Houssaye et Marie Laure Vareilles

Le "Regard d'Ailleurs" de la semaine


Chaque semaine nous publions une actualité nouvelle grâce à laquelle nous mettons en lumière une photo de l'exposition qui illustre un aspect original du thème de "l'Ailleurs et de l'Autre". Nous lui associons une oeuvre populaire afin de proposer une double lecture de l'oeuvre de l'artiste. Il s'agit de mettre en évidence tantôt les différences, tantôt les ressemblances qu'elle entretient avec celle qu'on lui a associée. Nous proposons une perception originale, en tentant à la fois de deviner les inspirations des photographes et d’établir des constantes d’une œuvre à l’autre. Cette semaine nous vous proposons :



 
TITRE : Montgolfiere-Marseille-Paris
AUTEUR : Marie-Laure Vareilles
DATE : 2009

Et en comparaison les oeuvres :




TITRE: Beirut
AUTEUR: Ibrahim Maalouf
DATE: 2013


[...] le lecteur ne peut s’imaginer mon étonnement de voir une espèce d’île en l’air, habitée par des hommes qui avaient l’art et le pouvoir de la hausser, de l’abaisser et de la faire marcher à leur gré ; mais, n’étant pas alors en humeur de philosopher sur un si étrange phénomène, je me contentai d’observer de quel côté l’île tournerait ; car elle me parut alors arrêtée un peu de temps. Cependant elle s’approcha de mon côté, et j’y pus découvrir plusieurs grandes terrasses et des escaliers d’intervalle en intervalle pour communiquer des unes aux autres. Sur la terrasse la plus basse, je vis plusieurs hommes qui pêchaient des oiseaux à la ligne, et d’autres qui regardaient. Je leur fis signe avec mon chapeau et avec mon mouchoir ; et lorsque je me fus approché de plus près, je criai de toutes mes forces ; et, ayant alors regardé fort attentivement, je vis une foule de monde amassée sur le bord qui était vis-à-vis de moi. Je découvris par leurs postures qu’ils me voyaient, quoiqu’ils ne m’eussent pas répondu. J’aperçus alors cinq ou six hommes montant avec empressement au sommet de l’île, et je m’imaginai qu’ils avaient été envoyés à quelques personnes d’autorité pour en recevoir des ordres sur ce qu’on devait faire en cette occasion.
La foule des insulaires augmenta, et en moins d’une demi-heure l’île s’approcha tellement, qu’il n’y avait plus que cent pas de distance entre elle et moi. Ce fut alors que je me mis en diverses postures humbles et touchantes, et que je fis les supplications les plus vives ; mais je ne reçus point de réponse ; ceux qui me semblaient le plus proche, à en juger par leurs habits, étaient des personnes de distinction.
À la fin, un d’eux me fit entendre sa voix dans un langage clair, poli et très-doux, dont le son approchait de l’italien : ce fut aussi en italien que je répondis, m’imaginant que le son et l’accent de cette langue seraient plus agréables à leurs oreilles que tout autre langage. Ce peuple comprit ma pensée ; on me fit signe de descendre du rocher et d’aller vers le rivage, ce que je fis ; et alors, l’île volante s’étant abaissée à un degré convenable, on me jeta de la terrasse d’en bas une chaîne avec un petit siége qui y était attaché, sur lequel m’étant assis, je fus dans un moment enlevé par le moyen d’un moufle.

TITRE: Le Voyage de Gulliver
AUTEUR: Jonathan Swift
DATE : 1721 - Traduction par Abbé Desfontaines, Hiard, 1832

Le "Regard d'Ailleurs" de la semaine



TITRE:
AUTEUR: Aysel Madhatter
DATE: 2016

Et en comparaison les oeuvres :




TITRE: The Great Gig in the Sky
AUTEUR: Pink Floyd
DATE : 1973

 
Il me paraît égal aux dieux celui qui, assis près de toi, doucement, écoute tes ravissantes paroles et te voit lui sourire ; voilà ce qui me bouleverse jusqu'au fond de l'âme.
Sitôt que je te vois, la voix manque à mes lèvres, ma langue est enchaînée, une flamme subtile court dans toutes mes veines, les oreilles me tintent, une sueur froide m'inonde, tout mon corps frissonne, je deviens plus pâle que l'herbe flétrie, je demeure sans haleine, il semble que je suis près d'expirer.
Mais il faut tout oser puisque dans la nécessité...

TITRE: A une femme aimée
AUTEUR: Sappho
DATE: VIe-VIIe siècle av. J.-C. - Traduction par E. Falconnet 1838

Mis à jour le 17 mai 2017